mercredi, novembre 29, 2006

En francés y que!

Ma voisine

Arrivée presque à cinq heures

ou presque arrivée à cinq heures

c’est égal.

Il ne s’agite pas de la bombe de Hiroshima.

C’est une odeur

à métal dans le couloir,

un étincelle dans l’autre face de ma porte

et puis rien, et puis des pieds,

de BONBONsssshhh qui s’effacent

et qui me laissent désirant

plus de ta respiration

au bout.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

salut nicolas, c'est Cathy, l'ancienne stagiaire.
Tres beau poéme, et en français!!!
comment vas tu? tu bosses toujours?
a bientot.